Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Keskejévu

Roman no densetsu : Episode 8 : "Derniers moments nagoyesques".

22 Septembre 2014 , Rédigé par Romain Publié dans #Voyages

De retour alors que nous sommes sur le chemin qui nous fait (déjà ?) quitter Nagoya pour Tokyo. Eh oui, on commence à voir le bout de cette histoire~. Et il s'agira sans doute plus d'un épisode de transition qu'autre chose vu qu'ici, on travaille jusqu'au bout !
Cela dit, pour fêter les adieux à la troisième plus grande ville du Japon, célébrons cela avec l'opening -tout du moins une reprise, l'original étant indisponible- qui a rythmé quelques-unes de nos matinées. Bon, c'est plus pour le côté symbolique de la chose que pour la qualité de la musique (cela dit, je vous laisse seuls juges). En gros, comme il y a en permanence une télé d'allumée dans le "restaurant" du dormitory, si on restait jusqu'à 8h le matin lors du petit déjeuner, cette série commençait et on avait donc le droit à cette musique ^^'.
Alors, je précise qu'effectivement, je n'envoie que maintenant des infos qui ne vont que jusqu'au Jeudi parce que nous avons assez peu de temps libre ces derniers jours, et qui plus est j'ai moi-même quelques problèmes un peu plus urgents à régler, qui viendront dans la prochaine partie de mon récit.
Enfin bref, concentrons-nous déjà sur cet épisode, et nous sommes partis !

Mardi 16
Ai-je besoin vraiment de préciser qu'il s'agissait encore d'une journée de boulot pour la Game Jam ? Eh bien c'est fait, de toute façon. Le travail se poursuit donc petit à petit, et j'ai finalement eu le droit dans la journée à une petite surprise de la part des programmeurs qui m'ont montré qu'ils savaient être efficaces par moments et que certaines choses que j'estimais comme "compliquées" pouvaient être rapidement traitées par eux. Je regagne alors un peu confiance dans notre équipe et me dit que nous aurons peut-être quelque chose de potable à la fin, même si nous n'avons quand même toujours rien de vraiment viable... De mon côté, j'essaye tout de même d'amortir un peu le terrain en préparant des designs de niveaux un peu plus simples que celui que je leur ai auparavant déjà passé, lequel est un peu plus... massif. Puis je m'essaye un peu à la composition d'une musique pour le jeu, mais ce n'est pas la joie... Tandis que je vois, sur l'ordinateur de mon compatriote à côté de moi, que les animations des personnages prennent bien forme.
Bref, le projet se poursuit, je ne vois pas trop ce que j'ai 'autres à dire là-dessus, déjà que je vais devoir bien me creuser la cervelle pour mon rapport de stage (enfin, au moins, vous, je vous épargne les détails ^^'). C'est donc sans transition, je vous invite donc rapidement à passer au jour suivant, qui sera un peu plus (mais juste un peu) l'occasion de causer.

Mercredi 17
Dernier jour de préparation avant le projet. Les programmeurs continuent à me surprendre en ayant malgré tout choisi de traiter le gros niveau que j'avais préparé la semaine dernière plutôt que les petits d'hier, et surtout de l'avoir fini en une après-midi, il me semble. Cependant, je me suis quand même résolu à ne pas avoir un prototype fini car le reste du système reste perclus de bugs qu'ils n'arrivent pas vraiment à corriger. C'est donc un peu ironique que j'ai tout de même fini le sound design du jeu dans mon coin...
Mais je pense que cette journée fera tout de même partie de celles dont je garderai de vraiment bons souvenirs malgré tout. Pourquoi ? Eh bien, pour ça.

Il fallait au moins le faire une fois au Japon, je suis désolé ! Big Echo semble être une grande chaîne dans le domaine.

Il fallait au moins le faire une fois au Japon, je suis désolé ! Big Echo semble être une grande chaîne dans le domaine.

Eh bien oui, un karaoké. Ou la joie de se retrouver à chanter des chansons des années 80 (qui comptent parmi les seules qu'on trouve disponibles en anglais ici ; celles en japonais que je pouvais connaître n'avaient les paroles qu'en Hiragana/Katakana -voire Kanji-, ce que je n'arrive bien évidemment pas encore à lire suffisamment vite). Heureusement, il restait la solution "j'ai la chanson sur mon lecteur MP3 avec les paroles en romaji (alphabet latin)", ce qui permet donc de massacrer quelques openings qu'on aime mais qu'on ne connaît finalement pas assez, pour certains ^^'. D'ailleurs, je vous ferai une liste des chansons que j'ai faites en annexes, si ça en intéresse, mais je ne la poste pas tout de suite parce que certaines pourront toujours servir pour les prochains épisodes de cette aventure :3. Bref, dans le principe, c'est simple, et je pense que tout le monde voit comment ça marche : une vidéo avec la chanson qui passe, et les paroles qui défilent en même temps. Dans la main, un micro, et vas-y, chante, maintenant. C'est plus l'aspect "communautaire" de l'activité qu'il faut relever ; déjà, les quelques Français qui ont bien voulu y aller que nous sommes ont été accompagnés par 3 Japonais de Trident (lesquels sont quand même beaucoup plus à fond que nous quand ils chantent ^^'), et on se retrouve tous dans une petite salle fermée parmi les nombreuses de l'endroit, avec la télé, les micros (2, parce qu'on n'a pas forcément à chanter tout seul), des tablettes tactiles et à boire. Quand quelqu'un chante, bien évidemment on l'écoute (encore que c'est assez bizarre par rapport à cela, si vous voulez mon avis, parce qu'on ne s'entend pas du tout chanter tandis que les autres entendent très bien), mais sur les tablettes, on peut aussi prendre le temps de fouiller dans l'énorme bibliothèque de chansons (japonaises, surtout) pour "request" la suivante qu'on veut chanter. Elles se mettent ainsi toutes à la queue les unes par rapport aux autres dans la playlist. En bref, une activité très sympa ; à partir du moment où on se plonge dedans, on se surprend à penser à telle ou telle chanson qu'on connaît un peu et qu'on aimerait bien chanter -quand on a les paroles et pour peu qu'on arrive à la trouver dans les titres pleins de kanji-, puis une autre, puis une autre... Et les deux heures sont déjà passées ^^' !
S'ensuit alors un retour un peu précipité pour avoir le temps de manger au restaurant du dormitory avant qu'il ne ferme, et la soirée se termine alors sans histoires, si ce n'est que je suis resté réveillé assez tard afin de préparer un diaporama pour demain.

Photo-dossieeeeeeeer~.

Photo-dossieeeeeeeer~.

Jeudi 18
Ayé, il est désormais temps de mettre fin à la Game Jam et de présenter notre projet !... Enfin, encore eut-il fallu qu'on ai quelque chose de potable à montrer. Car sans surprise, malgré les efforts des programmeurs, le prototype jeu était toujours buggué jusqu'à la moelle et intraitable, certaines animations n'avaient pas encore été bien intégrées... Bref, un jeu un peu trop ambitieux pour les conditions de travail imposées, mais on pourra peut-être toujours se rattraper sur la présentation ? Après tout, j'ai saboté ma nuit pour ça, et on encore passé les 2-3 heures de plus accordées de la matin à revoir le diaporama, et...
Bon, bah d'accord, non, j'ai compris ><. Ainsi, après que tout le monde soit passé, un peu après midi, pour expliquer son concept et faire une démonstration de son protoype (plus ou moins fini), nous avons eu le droit à une petite cérémonie pour les résultats de la Game Jam. Le gagnant ne m'a pas surpris, et, si aucune autre position n'a été dévoilée dans le classement pour les autres équipes, je ne doute pas que la mienne était la dernière. De toute façon, à partir du moment où on a vu qu'à peine une question ou deux nous ont été posées à la fin de notre présentation alors que les suivants en ont eu au moins quatre fois plus, on ne s'est plus trop fait d'illusions. C'est dommage, j'avais vraiment envie de gagner la calculette qui a été offerte à chacun des gagnants :P !
Ceci fait, tous les Français sont passés par une espèce de "cérémonie de remise de diplôme" où on nous a donné un papier attestant que nous avons bien participé au stage, etc., remis en main propre et devant tout le monde par le directeur de Trident. Puis place à une petite "fête", où petits gâteaux et boissons nous ont été offerts, tandis que certains élèves nous ont montré des chorégraphies de danse (un club de l'école, sans doute) très... "idol-style" (ce qui est assez bizarre quand il n'y avait qu'une fille dans le groupe pour une dizaine de garçons). Ce fut aussi l'occasion d'échanger des cadeaux avec les Japonais, de se remercier chaleureusement, et... de ranger la salle de travail, de faire des sauvegardes des données des ordinateurs pour ceux qui en avaient empruntés à l'école... Mais les adieux (avec les Japonais, hein, je sais qu'on aime beaucoup nos PC mais quand même...) furent plutôt durs pour certains, même si, personnellement, après n'avoir passé qu'un mois dans l'école dont la moitié à travailler entre Français, mis à part l'équipe pédagogique et mes compagnons de Jam, je ne connaissais pas grand-monde, ce qui fait que n'ai pas été particulièrement remué par ces adieux. Cela dit, on sentait qu'il y avait quand même de l'émotion qui traînait dans l'air ^^'.
Retour enfin au dormitory après nous être encore fait escorter un peu jusqu'au métro par quelques élèves qui avaient un peu plus d'affinités avec les autres Français (en gros, le groupe de ceux qui nous ont accompagné hier soir au karaoké). Une fois arrivés, il a fallu finir de ranger les chambres pour pouvoir passer l'état des lieux, et la soirée suivit son cours tranquillement.
Et demain, réveil tôt pour aller à Tokyo...
Ça va être chargé, c'est moi qui vous le dit.
Il va y avoir des photos partout et dans tous les sens.
Et des histoires intéressantes. Peut-être.
Mais surtout, le plus important... c'est que vous pourrez découvrir tout cela dans le prochain épisode :P !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article