Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Keskejévu

Star Rom1 Voyagers : Florida

3 Août 2010 , Rédigé par Romain Publié dans #Voyages

Bonjour à tous et à toutes.

Aujourd'hui, l'oncle Romain (et pas Paul merci rabbit ... super, deux lignes avant la première ânerie ! On sent le progrès)... *brum-hum*. Bref, aujourd'hui, je vais vous raconter le dernier voyage, celui de la Floride (dernier, dans le sens que, à l'instant où j'écris, je n'en ai pas fait d'autres).

Mardi 6 Juillet


Donc, à l'habitude habituelle, on part pour un départ, mon frère et ma personne personnelle, le matin journalier pour un vol en l'air avec une colonie groupée nous faisant séjourner pour un séjour de deux semaines, donc d'environ 13 jours, dans la florissante Floride, ou "Sunshine State" comme le disent les habitants citoyens de là-bas... (on va peut-être arrêter deux secondes avec les pléonasmes pléonasmiques...). Toujours est-il que, suite à un réveil à 5 heures et des chariots (ou des brouettes, c'est pareil !), nous arrivons à l'aéroport de Roissy Charles de Gaule, la tête dans l'... ailleurs. On croise les monos, les parents nous jettent dans leurs bras comme de vieux débris inutiles, et s'en vont, trop heureux d'être débarassés de leurs merdeux, et soulagés d'avoir trouvé le parking Px (tout ceci est évidemment faux... il n'y avait que mon adorable môman pour nous accompagner...). Ensuite, de 8h à 11h45, on attend les derniers retardataires et on fait la procédure d'embarquement. Moui, 3H15 la procédure... S'ensuivent 9 heures de vol plutôt tranquilles, puis on atterrit à Miami à 14H45 HEURE LOCALE (- 6 heures), ce qui nous donne en réalité 20h45 en France.

1- pict0014.jpg
1 : Miami, vu d'en haut

Puis formulaires de douanes et récupération des bagages qui dure 3 plombes, et la colo est divisée en 3 groupes, chacun allant chercher un van à un endroit différent... Pourquoi ? Je sais plus.
Bref, comble de malchance, la personne qui doit nous donner (pardon, louer) le van refuse, car la monit' (Hélène) n'a que son permis international sur elle, le français étant resté... en France. Bref, on poireaute bien 2 heures, en attendant le mono directeur (Yannick) qui a tout arrangé (ne me demandez pas comment). Toujours est-il qu'on a finalement pu aller jusqu'à l'hôtel où nous devions loger.
On s'est installé rapidement, puis, pour se plonger directement dans l'ambiance américaine, on est allé au McDo, suite à quoi on est rentré et on a... dormi.
C'est ainsi que s'acheva le 6 juillet 2010, qui dura 30 heures au lieu de 24, grâce au décalage horaire de - 6 heures.

Mercredi 7 Juillet

Aujourd'hui, à cause de l'habitude "à la française", on se réveille un peu tôt, mais notre rendez-vous pour le petit-dèj' est à 9H30. On prépare donc un peu les sacs pour la journée, on se douche, et on va enfin manger, suivi d'un petit saut à la piscine de l'hôtel, car la température moyenne est d'environ 30°C (souvent, quand je regardais, on avait 84°F).
Suite à quoi, à 11h30 environ (y'a beaucoup d'"environ" dans mon texte), on prend les vans et on se rend à Miami Beach.

2-
pict0015.jpg 3-pict0016.jpg 4- pict0018.jpg
2-4 : Les célèbres immeubles de Miami et Miami Beach

5- pict0019.jpg 6- pict0020.jpg 7- pict0021.jpg 8- pict0023.jpg 9- pict0022.jpg
5-9 : Les palmiers, c'est connu aussi
1ère étape : un centre commercial gigantesque, où on commence par... manger, au chickenow (un fast food de poulets... tenu par des éléphants sortir ). Ensuite, on est lâchés dans les rayons pendants 2h30... ils ne vendaient que des fringues et des chaussures pour la plupart, donc rien qui m'intéressait, ce qui n'a pas empêché certains de cramer tout leur argent dès le premier jour, en fringues donc. C'est bien comme souvenir, non icon_lol.gif ou c'est moi qui suis un peu neuneu ?
Toujours est-il qu'au van, donc, certains étaient déjà à sec, alors que d'autres (très peu, comme moi) avaient toujours leurs poches pleines.
Ensuite, direction la plage.

10- pict0024.jpg 11- pict0025.jpg 12- pict0026.jpg
10 : Les fameux taxis jaunes
11 : Les feux tricolores
12 : Les limites de vitesses, en mph (donc 30 mph donnent 50 kmh)

13- pict0027.jpg 14- pict0028.jpg 15- pict0029.jpg
13-15 : Exemples de rues à Miami Beach... c'est très carré, il n'y a que des carrefours, là-bas. (Je vous accorde que ce ne sont pas les plus belles.

16- pict0030.jpg 17- pict0032.jpg 18- pict0031.jpg
16-17 : Immeubles... z'aviez vraiment besoin que je vous le dise ? ^^
18 : Rooooh, la belle limousine, on croirait une photo truquée !

On tourne un bon bout de temps afin de trouver une place pour se garer. On y arrive enfin. Et on voit Miami Beach pour la première fois.

19- pict0033.jpg 20- pict0034.jpg 21- pict0035.jpg 22- pict0036.jpg
19 : Oh ! My God* ! It iz impossibeul ! Miami Beach iz eu plage... comme les autres ! Ah si ! Il n'y a pas la foule !
(*Texte en version originale)
20-22 : Des immeubles, près de la plage


23- pict0037.jpg 24- pict0038.jpg
23 : Autre type de rue
24 : Ça, c'est notre van, à 8 d'entre les membres de la colo


25- pict0039.jpg 26- pict0040.jpg 27- pict0041.jpg
25-27 : Notre chambre, au Motel de Miami, juste avant le départ. (1er lit, mon frère et moi, l'autre, nos deux colocs', Emilien et Lucas)
Effectivement, Miami Beach ressemblait à n'importe quelle plage française à la c**, mais y'avait aussi des pélicans et des mouettes qui venaient pêcher au milieu des gens, c'était bizarre. Et là, malheureusement, j'ai pas réussi à prendre une seule photo (Et voilà ! Quand ça peut être intéressant y'rate la photo !icon_confused.gif).
Bref, bonne baignade dans une eau plus que bonne, et puis on rentre. On fait un petit arrêt dans un… pizza hut-taco bells pour manger, et on rentre à l'hôtel tard et crevés.

 

Jeudi 8 Juillet

Aujourd'hui, on lève le camp.
Nous quittons Miami en direction de Orlando, plus au nord. Malgré les multiples problèmes de route et le dernier van qui disparaissait souvent de notre champ de vision, le voyage fut sans histoires.

28- pict0042.jpg 29- pict0043.jpg
28-29 : Voiture de police, croisée sur "l'autoroute" pour aller à Kissimmee. (Soit dit au passage, le policier téléphonait au volan)icon_eek.gif.Toujours est-il qu'on arrive le soir à Kissimmee (2"s", 2"m", 2"e"), et à partir de maintenant, nous coucherons toujours en camping, donc on se pète à monter les tentes, dans la joie et la bonne humeur qui sied à tout français douillet, qui a toujours laissé ses parents faire, et qui, une fois de s'y mettre, confond les arceaux, jure, place mal la toile, jure, tire mal les cordes, jure, plante mal les piquets, jure encore, comment ça, c'est pas celle-là la mienne ? etc. (il est évident, que, dans mon habilitée impeccable, cette partie du texte ne me concerne pas *sbaf*). Il y a d'ailleurs un problème, car une des tentes n'est pas en état, et deux d'entre nous sont obligés de dormir à 4 dans une tente où il est déjà dur de caser 3 adolescents cons comme leurs pieds, qui ne pensent qu'avec leur estomac (qui ressemble à un trou noir) ou avec… à vous de trouver.
Et une fois la nuit tombée (très très vite !), oh, joie ! Nous allons combler nos gouffres sans fond au... McDo (one again !). Suite à quoi, nous allons nous coucher, mais avec la chaleur et la digestion de toutes ces m***** industrielles, il est dur de s'endormir, mais tout vient à point pour qui sait attendre, et nous sombrons dans les bras de Morphée (cf. Mythologie sur Google), en pensant (activité quasiment impossible à 15 ans) à la journée chargée du lendemain.

Vendredi 9 Juillet

Le lendemain en question, réveil tôt (nous étions sensés nous lever pour 9h, mais tout le monde était dehors à 8h). S'ensuit la routine matinale : dèj', douche, préparation des sacs, et départ à 10h30 (ça a dû être le seul jour où on est parti à l'heure qu'on avait prévue), voire un peu plus, quand même. Direction : Universal Studio, le grand parc de Universal.

30- pict0044.jpg 31- pict0045.jpg 32- pict0046.jpg
30 : Taxi, croisé en chemin
31-32 : Universal Studio !
Durant la journée, on est séparés en petit groupes pour aller faire des attractions. Avec le mien, on fait :

Shrek 4D

33- pict0047.jpg 34- pict0048.jpg
33 : Eh ben, heu, Shrek 4D !
34 : Exemples de petites affiches très sympa qu'on trouve dans la file d'attente.
Alors, un attraction où on est assis tranquillement dans un siège qui bouge, où on se prend de l'eau, on sent des trucs passer entre ses jambes, le tout en rapport avec un petit film en 3D, juste devant. (cf. "La Vienne Dynamique", au Futuroscope). Évidemment, c'est plus sympa quand on comprend bien l'anglais à la sauce américaine (avec leur accent), parce qu'il y a un petit temps d'attente avant d'entrer dans la salle où il y a une américaine qui parle vite et beaucoup, du coup, tu comprends pas pourquoi les autres crient, alors tu gueules aussi.
Note de l'auteur : ****

Ensuite, on est allé voir E.T., à l'attraction du même nom construite il y a un bout de temps, pour les 20 ans... d'E.T.

35- pict0049.jpg
35 : E.T.... mobile... piaule ! (E.T. rajeunit... my God...)
Là-dedans, on est dans un chariot de vélos qui volent au-dessus d'une forêt, d'une ville, dans l'espace, sur une autre planète... Les décors sont très bien faits, une attraction calme et détendante. Il n'y a pas besoin d'un bon niveau d'anglais, ni de connaître beaucoup le film.
Note de l'auteur : ***

Suit un mini grand-huit... pas besoin de faire de description, tout le monde voit ce que c'est^^.

Après, un petit tour aux Simpsons Ride, la meilleur attraction de ce côté du parc (Oui, parce qu'il y a "Universal Studio" et "Universal Island of Adventure", et on était au premier).

37- pict0050.jpg 38- pict0051.jpg
37-38 : Simpsons Ride, un petit présentoir et l'entrée
Bon, c'était tout simplement mortel. On est dans un soi-disant wagon qui avance dans des montagnes russes, à qui il arrive que des ennuis, vu qu'un fou furieux échappé de prison a besoin de tuer quelqu'un... le bon scénario. En réalité, on est dans un grand wagon qui bouge sur place devant une vidéo, et qui reproduit plus ou moins les sensations qu'on aurait vraiment si, par exemple, on était pris pour la tétine d'un bébé de 5m de haut, suite à des radiations nucléaires, ou qu'on se prenait une boule de démolition dans un grand-huit dévasté... (cf. "Le défi de l'Atlantide" au Futuroscope, mais en mieux et avec un scénario plus recherché).
Note de l'auteur : *****

Et on a achevé sur Twister (pas de photo, désolé), une simulation d'une ville prise dans une tornade. On se place sur des estrades devant une reconstitution de ville, un peu comme si on était dans une maison et qu'on observait le désastre. Au programme : arbre qui se fend en deux ; station service qui prend feu ; ville qui explose ; tornade au milieu ; et même l'estrade qui s'affaisse. Très fun.
Note de l'auteur : ****

Avis sur le parc : Un parc très sympa, qui tourne beaucoup autour de ses films (logique), des décors sympas, des attractions plus ou moins bien, avec pas mal de files d'attente à chaque fois, un petit peu trop grand, pas mal de "maisons" "inutiles" par contre.
Note de l'auteur : ***3/4

Bref, une journée bien sympa. Manque de bol, on était à côté du plus grand Hard Rock Café au monde (vérifiez : Hard Rock Café Orlando), mais on a pas pu y aller (pas grave, voir passage sur les Keys, plus bas).

Le soir, un petit tour à la piscine, puis on va manger... des pâtes bolognaises, préparées par Hélène (Enfin un truc bien français *sbreum*). Ensuite, on s'est fait une petite ballade à la fête foraine d'à côté. Évidemment, comme on a pas fait d'attraction, une bonne partie des merdeux (j'ai appris, ce jour-ci, que j'étais le plus vieux de la colo... niark niark) a ronchonné, disant en gros : "c'était juste pour s'abîmer les pieds"... moi, je m'en fiche, j'ai des chaussures :Picon_razz.gif. Il faut dire que je ne suis pas super bien tombé avec les compagnons de colo... (voir tout en bas, "Anecdotes")
Puis au pieu, dans l'habituelle chaleur insoutenable et les odeurs de pieds.

Samedi 10 Juillet

Today, Saturday 10th july, we are going to the Outlet of Orlando for the... bon, j'en ai déjà plein le dos. Donc, le matin, on va au Outlet d'Orlando pour faire quelques achats (souvenirs, etc.). 2 bonnes heures après, on reprend les vans en direction de Daytona Beach... mais quand mange-t-on, me direz-vous ? Eh bien, vu que comme tous les matins on part tard, on arrive souvent l'après midi, alors on mange un ou deux sandwichs préparés le matin même.

39-pict0052.jpg
39 : Vue depuis un pont, sur la route
Bref, une fois sur la plage (on a senti que la route était longue : entre prise en otage du carnet dans lequel je prend mes notes de voyage (voir tout en bas, "Anecdotes") et collage de tatouages de chewing-gum, les filles du van on carrément pété un câble... on a été servi) on mange de bons gros donuts au chocolats bien gras et bien collants, avec la joie habituelle de découvrir ensuite ses doigts crasseux sur lesquels le sable en légère suspension vient se déposer au moment où on veut les lécher...

40- pict0053.jpg 41- pict0054.jpg
40 : C'est zarb', cette habitude de garer les voitures sur la plage (petit fail, au passage : regardez le panneau "No Parking")
41 : Roooooh, la joulie plage ! Précisons que la plage est très plate, même sous l'eau.
Suite à quoi une bonne baignade dans de grosses vagues, puis nous sommes contraints de rentrer.

Une fois au camp, de bonnes tripes de porc caramélisées sur leur lit de rutabagas écrasées, cuit à la poêle, nous attendaient... en français, saucisses grillées-purée cuites au réchaud à gaz, ce qui n'enlève rien à la saveur. Après, petite sortie nocturne au magasin de souvenirs de Kissimmee, puis au pieu.

 

Dimanche 11 Juillet

Aujourd'hui, direction SeaWorld, le parc d'attraction semi-aquatique d'Orlando. Une journée chargée, c'est moi qui vous le dit.

42- pict0055.jpg 43- pict0056.jpg 44- pict0057.jpg
42-43 : Exemple de panneaux des villes où nous sommes passés
44 : Notre campement... y'en a qui ont vraiment du mal à monter les tentes

45- pict0061.jpg 46- pict0060.jpg 47- pict0058.jpg 48- pict0059.jpg
45-46 : SeaWorld !
47-48 : Des flamants roses, à l'entrée du parc... 'sont beaux, non ?
Après la routine matinale (debout, glouglou et j'ai pas de 3è rime idiote… sauf pissou), on débarque dans le parc. Mon groupe commence directement par l'attraction à sensation la plus forte : Manta (un nom sympa pourtant...)

49- pict0111.jpg 50- pict0110.jpg 51- pict0062.jpg 52- pict0112.jpg 53- pict0063.jpg
49 : Manta
50-53 : Bon, ça, c'est le circuit

Alors, Manta, en résumé, c'est un grand huit déjà très fort, très rapide; avec un looping où on se prend au moins 2G (même si je ne sais pas trop à quoi ça correspond, je sais que je me suis senti super lourd, plus qu'avec un looping dans d'autres attractions), à la différence qu'on est pas assis confortablement dans une chaise, mais quand celle-ci est juste accrochée à un gros bloc accroché aux rails, ce qui fait donc que... on pend lamentablement, et qu'on fait tout le trajet sans voir la direction qu'on va prendre, et moi, personnellement, j'avais toujours l'impression que j'allais me prendre un poteau, et on tournait à la dernière seconde. Question sensations, c'est le meilleur ! (un petit peu trop de file d'attente peut-être... victime de son succès)
Note de l'auteur : ****1/2

Ensuite, direction "Voyage à Atlantis". Et en chemin, on croise quelques animaux de l'eau :

54- pict0064.jpg 55- pict0065.jpg 56- pict0066.jpg
54-55 : Des canards... au bec bleu ?
56 : Un oiseau marin... une aigrette, semblerait-il...

57- pict0068.jpg 58- pict0067.jpg 59- pict0069.jpg 60- pict0070.jpg
57-58 : Des éléphants de mer... "Sea Lions", comme ils disent
59-60 : Des phoques

61- pict0072.jpg 62- pict0073.jpg 63- pict0071.jpg
61 : Un phoque qui nage
62 : "Voyage à Atlantis"
63 : Reconstitution d'Atlantis

Dans cette attraction-ci, on est dans un petit bateau, et on navigue au milieu de décors tantôt accueillants, tantôt effrayants, dans ce qui pouvait être l'Atlantide. Suite à quoi on trouve deux descentes, un peu comme si on tombait d'une cascade à une vitesse pas croyable (dont une dans le noir !) et qui se finit dans l'eau, où on est donc trempé jusqu'à la moelle, surtout si on est assis au premier rang (demandez à mon frère...). Et comme qui dit eau dit frais, et comme il faisait super chaud, il y avait énormément de queue (1 heure, voire plus). Mais les décors étaient bien sympas.
Note de l'auteur : ****

Après, on se dirigeait vers une attraction style "grand huit" (Kraken, voir plus bas) (on faisait toutes celles à sensation au début car les sacs étaient interdits et il fallait les mettre dans des casiers payants... on les a récupérés après), mais tout a fermé car il y avait un peu d'orage. On s'est donc un peu baladé dans le parc, on a vu des dauphins et des petits requins, de raies...

64- pict0074.jpg 65- pict0075.jpg 66-
64-65 : Les tortues de mer
66 : Le bassin aux requins

67- pict0113.jpg 68- pict0114.jpg 69- pict0115.jpg
67 : Une raie
68-69 : Les requins... non, c'était les petits, la salle avec les grands était fermée à cause de l'orage… doivent pas aimer la pluie et les coups de foudre icon_lol.gif

70- pict0116.jpg 71- pict0118.jpg 72- pict0117.jpg
70-72 : Les dauphins. Ils faisaient des petits bonds de temps en temps (dauphins ou kangourous ?), et c'était dur de les prendre en photo... donc la seule tête est floue.

Ensuite, on est retourné au point de rendez-vous, un peu déçus de ne pas avoir pu faire plus d'attractions. Les monos avaient dit qu'ils nous laisseraient sans doute un peu plus de temps, je me suis dit que ça serait pour acheter un souvenir. Mais non, on a eu 2 heures de plus !! On a donc pu aller au Kraken, puisque ça s'était calmé.

73- pict0077.jpg 74- pict0076.jpg 75- pict0078.jpg 76- pict0062.jpg
73-74 : L'entrée du Kraken
75 : La GRANDE montée du Kraken
76 : Petit aperçu du circuit… ah non me suis gouré c'est la Manta celui-là,…icon_redface.gif


En fait, c'était des montagnes russes assez bourrines, surtout la première fois, ce qui ne l'empêche pas d'être très bon. A partir de la deuxième fois, on a une sorte d'habitude qui s'installe, surtout si on a déjà fait la Manta. Je ne dit pas que ça n'était pas super pour autant. Cette attraction avait d'ailleurs un avantage certain sur la Manta : beaucoup de fun (5 loopings ! moins brutaux que sur l'autre) pour très peu d'attente (5-10 minutes, contre 1/2 voir 3/4 d'heure !) On l'a donc fait 2 fois, la deuxième pour la photo (je ne vous met que le lien, il semble qu'il y ait un petit bug) :


Bonus 1- http://www.servimg.com/image_preview.php?i=289&u=14665693
Bonus 2- http://www.servimg.com/image_preview.php?i=290&u=14665693
Bonus 1 et 2: Alors, voilà, la photo souvenir du Kraken, dans son beau cadre. Alors, le beau gosse à gauche avec une tête de rockeur (et la position des mains qui va avec, cela va de soi), c'est moi. Le modèle réduit qui a l'air panique à ma gauche, c'est mon frère. Le psychopathe et le blondinet, c'est deux autres gars (très sympas) de la colo'

 

Après avoir fait toutes les attractions agressives, j'étais plutôt tenté par un truc calme comme les spectacles avec les orques ou les dauphins. Mais, je ne sais pas pourquoi, 3 des 5 membres du groupe voulaient aller dans la zone des enfants : "pour le fun" qu'y disaient.
On a donc fait des trucs un peu... bref, et on a failli arriver à la bourre car un de nous suppliait pour faire un truc genre "les tasses", mais qui montait en même temps, et qui, une fois sorti, nous a dit qu'il s'en fichait, en fait...
Surtout qu'après, j'ai appris que les spectacles étaient superbes. Dur dur... Enfin bon, on a vu des gens qui faisaient de l'apnée comme c'est pas permis (le gars durait 1 minute 30 sous l'eau, en faisant des bulles, les pieds au fond de l'eau, et tout le tralala... en plus, quand il s'allongeait, il faisait des bulles en cercles, un peu comme des ronds de fumée, mais avec de l'air, sous l'eau) Normalement, il y aura une vidéo, dans un an ou deux... muah

Toujours est-il qu'une fois rentrés, lassés de l'eau on est allé à la piscine. Suivit le mangeâge (ravious, à la sauce tomate, préparés par Jamal), et on a eu une veillée... piscine (dans le noir, on a l'impression d'être dans un marécage). Puis on est finalement allé se coucher dans nos tentes brûlantes.

 

Lundi 12 Juillet

Aujourd'hui, on lève le camp. On doit, pour cela, vider les tentes, tout recaser dans les sacs où il y a maintenant des souvenirs qui prennent de la place et qui sont plus ou moins fragiles... Ensuite, vient le tour de la tente. Certains se débrouillent mieux que d'autres, quand tout à coup... il pleut ! De grosses gouttes fraîches arrivant subitement dans toute cette chaleur écrasante ! On range donc les sacs à l'arrachée, certains vont se cacher dans les vans, les autres vont sous l'eau (dont myself). Mais la joie est de courte durée : une tente n'était pas pliée, car certains traînaient un peu trop... ou se la coulait douce, au choix. Ils dormiront donc dans une tente trempée ce soir. De mon côté, mon T-shirt est noyé (bizarrement, au moment où je tappe ces lignes, c'est exactement le même T-shirt que je porte... On s'en fout ? Bon, je continue), et je pataugeais dans mes chaussures, mais j'ai pu sauver mon sac en le cachant sous un des vans, car tout le monde avait mis les siens n'importe comment dans les coffres, pressés de les cacher... -_-
Puis les derniers traînards de la tente ont été super longs, et c'est finalement d'autres gars qui s'en sont occupé pendant que ces fainéants étaient partis je-ne-sais-où.
Donc un départ sur les nerfs, après cette pluie qui se voulait pourtant réparatrice et qui aurait dû les calmer...

A midi, collation à la pizzeria "Flippers", à côté d'un Tex Mex.

77- pict0119.jpg 78- pict0120.jpg
77 : Le Tex Mex... où on a pas mangé (nous, c'était en haut à droite)
78 : De bonnes grosses pizzas à l'américaine !
Ces pizzas étaient loin d'être dégoûtantes (un peu grasses, peut-être) mais enfin, nous voilà partis pour 4h30 de route de Kissimmee aux Everglades.

Durant le trajet, à part les 2 arrêts pour faire une pause, on a eu quelques péripéties :
- Rencontres de voitures diverses et variées.

79- pict0121.jpg 80- pict0122.jpg 81- pict0124.jpg 82- pict0123.jpg 83- pict0125.jpg
79 : Rooooh, le joli van-limousine !
80-81 : Une Ferrari à la plaque sympathique, croisée lors d'une pause. Le plus fort, c'est qu'on l'a recroisée une heure plus tard sur l'autoroute !!
82-83 : Un "state trooper", un patrouilleur de police... enfin, sa voiture
- Un embouteillage, suite à un accident. Mais, fait étrange, soit les américains font demi-tour sur la bande d'arrêt d'urgence, prenant donc à contre sens un chemin improvisé qui rejoint une autre partie de l'autoroute en coupant par l'herbe à la fin et, finalement, créent un nouvel embouteillage sur cette nouvelle voie, soit ils attendent tranquillement, sans s'énerver ni même klaxonner (!). Certains sortent même marcher un petit peu.

84- pict0126.jpg 85- pict0128.jpg 86- pict0127.jpg 87- pict0129.jpg
84-87 : Voilà les manœuvres d'évitement de l'embouteillage... y'en a même qui le font en marche arrière ! (les Nuls avaient raison : "Ils sont c*** ces ricains")
- Les filles ont pété un câble et prenaient n'importe qui n'importe comment en photo.
- Un camion travaillait pour TSU, qu'on a doublé sans que j'ai le temps de dégainer mon appareil photo (explication : TSU, c'est le trigramme de mon nom de famille)
- La radio qui tourne tout le temps sur les mêmes musiques (R'n'B, dancefloor) pendant 4 heures !!!

Mais on arrive finalement au camping "Miami Everglades".

88- pict0210.jpg
88 : L'entrée du camping

S'ensuit un plantage de tentes très rapide, car la nuit allait bientôt tomber, ce qu'elle a fait très rapidement.
Ensuite, on a eu un petit problème, car deux du groupe se sont fait mordre par une araignée ou un lézard du coin (l'un d'eux saignait effectivement beaucoup, et les lézards couraient sur leurs pattes arrière, y'en a d'ailleurs un ou deux qui me sont passés sur le pieds plusieurs fois dans le noir, c'est un peu flippant). Après, tout le monde est devenu paranoïaque, mais on a quand même réussi à avaler une salade de riz, certains debout sur les tables, et fait deux parties de loup-garou. Ensuite, au moment de rentrer dans les tentes, j'arrivais pas à croire au nombre de personnes qui étaient persuadées qu'une araignée était rentrée dans leur tente (ben, c'est ça le camping, bande de citadins trop habitués au confort !). Mais finalement, tout le monde a réussi à trouver le sommeil.

Mardi 13 Juillet

Après un bon petit déjeuner, on trie les affaires qu'il faut aller laver (manque de bol, on fait des lessives collectives, bonjour pour retrouver ses habits : on a perdu un T-shirt et on avait une paire de chaussettes en trop... -_-), puis on est allé à la piscine pour la plupart. On a fait un petit concours d'apnée (j'ai gagné tongue en tenant une bonne minute star jusqu'à ce que Jamal, un des monos, me fasse minable). Puis chacun a fait ses petits trucs dans son coin : nage, ballon, coulage...
Ensuite, on est allé manger et après une préparation plutôt longue, on a pris le van de retour vers Miami ; 3/4 d'heure de route.

89- pict0130.jpg 90- pict0131.jpg 91- pict0132.jpg 92- pict0133.jpg 93- pict0134.jpg
89-92 : Les immeubles (encore). On peut voir que, sur les toits de certains, y'a des palmiers ! Ecolo les Ricains icon_lol.gif?
93 : Un panneau en direction de Miami Beach
Après une route sans encombre, on s'arrête dans une boutique de souvenirs, puis on prend la direction de la plage.

94- pict0135.jpg 95- pict0136.jpg 96- pict0137.jpg
94 : Ne pas trépasser... non, c'est pas vrai
95 : Une rue de Miami, vue en version piéton (à télécharger sur votre 3G... *paf*)
96 : Certains immeubles ont un design... particulier. Pourquoi donc ce cercle entre les deux ?

97- pict0138.jpg 98- pict0139.jpg 99- pict0142.jpg 100- pict0140.jpg
97 : L'immeuble de FedEx, le "Collissimo" américain
98 : Miami, vu du pont qui le relie à Miami Beach
99 : Bienvenue à Miami Beach
100 : Pour la 100ème photo, nous mettrons un petit FAIL !
Mais au parking, catastropho !
Il n'y a quasiment que des places pour personnes handicapées, les autres sont entre deux poteaux très (trop) serrés.
Résultat : le van de Jamal ponce un peu. Mais ça n'aurait pas été grave si certains n'avaient pas ouvert leur porte quand le van reculait pour achever la manœuvre en se replaçant. A cause du poteau, la porte a pris un angle de 90° supérieur à celui auquel elle était prévue ! (dans la série "les phrases qui ne veulent rien dire...")... pouf pouf... au lieu de prendre un angle de 90°, elle en a pris un de 180 ! (c'est mieux comme ça ?)
Heureusement, elle fonctionne toujours, mais on a perdu du temps à décoincer le van.

101- pict0141.jpg
101 : Voilà, c'est dans un espace comme ça qu'il faut caser un gros van...
Finalement, on est retourné à la plage, où on a mangé des donuts et fait un peu trempette.

102- pict0143.jpg 103- pict0144.jpg
102 : Miami Beach, une plage qui serait belle...
103 : ... sans tous les bateaux au dernier plan.(blasé ? moi ?icon_cool.gif)
Enfin, on est rentré au camp.
Mais, une fois le repas englouti (purée + salade + hachi = hachi parmentier), un gros problème apparaît : le sac, qui contient entre autres les billets d'avion, est introuvable !
Après 1/2 heure de mortelle inquiétude, on apprend que le sac est resté au garage.
La nuit se termina sans autres incidents en une sympathique veillée, quoiqu'un peu bruyante : tours de magie avec des cartes ou devinettes de Jamal, Uno...
C'est donc fatigués que nous sommes allés nous coucher.

 

Mercredi 14 Juillet

Aujourd'hui, journée de pluie.
Au réveil, l'herbe est trempée et ma serviette qui séchait sur ma tente aussi. Fichtre, me dis-je, voilà bien une journée qui commence fort mal. Ma serviette pèse désormais 5 kilos !
Puis au moment de prendre le petit déjeuner, il se met à pleuvoir très fort. Diantre ! songe-je, la malédiction se poursuit !
Nous allons donc nous abriter sous la devanture d'un petit resto dans le camping pour manger nos céréales. Il pleut beaucoup, mais ça finit par s'arrêter. Ensuite, je vais aider à laver la vaisselle. Mais rebelote, il pleut encore. Bigre, pense-je, je commence à en avoir plein le dos. Je vais ensuite me brosser les dents (c'est palpitant, comme récit, non ?), et je découvre les toilettes dans un état déplorable... les membres de l'autre colo sans doute (pour une fois que c'est pas la nôtre...).
Après, ceux qui ont aidé pour la vaisselle avaient le droit d'aller à la piscine, ouaiiii j'ai bien fait de me bouger icon_wink.gif. "Trempé pour trempé", j'y suis allé. Et laissez moi vous dire que ça fait drôle de se baigner quand on entend l'orage... et aussi quand on met son maillot sur son slip, mais qu'on oublie d'enlever ce dernier...icon_eek.gif
Au retour, on se fait un "speed-nic" : on fait le sandwich, puis on le mange tout de suite. Mais juste avant, y'a eu le bazar dans la salle de distraction et ça gueule.
Finalement, quand on décide enfin de partir pour les Everglades, il pleut à nouveau. Et Yannick défonce un des poteaux lumineux en faisait marche arrière avec son van. Déjà qu'on avait beaucoup de chances de se faire virer du camping grâce aux âneries des autres (voir plus haut), maintenant, on était grillés.

104- pict0145.jpg 105- pict0146.jpg
104-105 : Florida, Sunshine State, qu'y disent !
Bref, après un petit trajet, on arrive au "Everglades Airboats Tour", où on prend l'hydroglisseur pour une petite ballade à travers l'habitat des alligators.

 


106- pict0147.jpg 107- pict0148.jpg 108- pict0149.jpg 109- pict0150.jpg
106 : La jolie étiquette qui montre qu'on a payé
107 : Ça, c'est un hydroglisseur
108-109 : L'environnement des alligators

110- pict0151.jpg 111- pict0152.jpg 112- pict0153.jpg 113- pict0154.jpg
110-112 : Les alligators sont assez difficiles à prendre en photo...
113 : Encore un hydroglisseur, plein de gens...

Pour ceux qui veulent faire un petit tour en bateau avec nous ;). 

http://www.dailymotion.com/video/xpizp5_hydroglisseur-aux-everglades_travel

Ensuite, on se place devant un petit enclos, où un "ranger" nous présente quelques animaux, leurs habitudes, le danger qu'ils représentent, etc. Très sympa

114- pict0155.jpg 115- pict0156.jpg 116- pict0157.jpg 117- pict0158.jpg
114 : Des paons, à côté
115 : Un gros alligator, dans l'enclos
116 : Le scorpion
117 : Le crapaud ("la différence entre un crapaud et une grenouille, c'est que le crapaud, quand on l'embrasse, il se transforme en prince charmant". La dame a qui il a tendu le crapaud n'a pas pu, pourtant...)

118- pict0159.jpg 119- pict0160.jpg 120- pict0161.jpg 121- pict0162.jpg 122- pict0163.jpg
118 : La moufette ("Attention, en cas de danger, la moufette projette un liquide qui peut être très dangereux..." Et là, on se prend un jet qui vient de la moufette, puis le gars nous montre la seringue avec laquelle il nous a fait peur...)
119-122 : Tout un show avec l'alligator. Il lui gratte le nez pour lui faire ouvrir la gueule, lui met un stylo dedans (la gueule se ferme directement dans un "plop" assez surprenant), montre comment le maîtriser, il le bloque même avec le menton ("ne faites jamais ça chez vous"^^).

123- pict0211.jpg 124- pict0213.jpg 125- pict0214.jpg
123 : Un petit alligator
124 : Le lémurien
125 : Un jeune alligator (3$ la photo avec l'alligator dans les bras)

Ensuite, petit passage à la boutique et on s'en va. L'ambiance était super, la musique aussi (mi-chemin entre le country et le rock... spécial mais agréable. Et puis ça change de celle du van).

126- pict0215.jpg 127- pict0216.jpg 128- pict0217.jpg 129- pict0218.jpg
126 : Une affiche à peine macho dans la boutique, mais marrante (12 raisons pour préférer les pistolets aux femmes)
127-128 : Des gars qui cuvent leur alcool à l'entrée
129 : L'enseigne du "Everglades Airboat Tour"
Entre-temps, la température est remontée et il fait grand soleil, malgré les quelques nuages.

Après un petit trajet, on passe au supermarché faire quelques courses, puis on rentre au camp. Comme on est arrivé tôt, on retourne à la piscine.
Après manger (au burger king), une petite veillée : devinettes, blagues... ça à l'air léger, mais ça occupe bien.
Ensuite, on a eu une petite inquiétude car on ne retrouvait plus un des membres de la colo. En fait, il s'était endormi sur une table, et on est donc allé se coucher.

On a pas vu passer la fête nationale Française.

Jeudi 15 Juillet (je vois pas pourquoi je précise toujours Juillet, vu que toute la colo est en Juillet)

Finalement, on ne s'est pas fait virer, mais on s'en va aujourd'hui (comme prévu, quoi). Tout le monde replie ses affaires et on a même le temps de "fainéanter" un peu. Le matin est sans histoire, mis à part les tondeurs qui ont décidé d'embêter tout le monde (vengeance des patrons ?) en faisant bien exprès de venir tondre près des tentes où certains dorment encore, ou passent le rotofil juste à côté du téléphone alors qu'on a que 4 minutes de communication avec notre carte.
Puis on mange (riz - sauce tomate) et on part... enfin on devrait, car certains n'avaient pas encore fini, et notre emplacement était dégueu.
On part donc 2 heures après l'heure prévue. La tension est palpable : quand quelque chose traîne (style popote) on compte jusqu'à 3, et soit on jette, soit on donnet à qui veut. Finalement, on part enfin en direction des Keys, la petite vingtaine d'îles tout au sud, reliées par des ponts très longs. Là-bas, c'est où il fait le plus chaud et c'est très venteux.

130- pict0219.jpg 131- pict0220.jpg 132- pict0221.jpg 133- pict0222.jpg
130 : Les fameux camions américains, dans une station service. Très beau rassemblement.
131 : Encore les "statues" d'alligators, dans le camping, et mon frère qui fait l'andouille à côté
132-133 : Camion américain vu de près

134- pict0223.jpg 135- pict0224.jpg 136- pict0225.jpg 137- pict0226.jpg 138- pict0227.jpg
134 : Voilà, les belles routes américaines : de grandes lignes droites... pendant 4 heures, ça fait très long...
135 : Ca, c'est la belle mer qu'on voit quand on se rapproche des Keys... ah, l'eau turquoise, transparente... et dans laquelle on est pas allé, vous verrez pourquoi plus bas.
136 : Les premiers des multiples ponts des Keys
137-138 : Première île. Très petite, juste ça.

139- pict0228.jpg 140- pict0229.jpg 141- pict0230.jpg 142- pict0231.jpg 143- pict0232.jpg
139 : Voilà, la route...
140 : C'est beau... mais additionné à la ligne droite, ça fait très long.
141-143 : Pendant une bonne partie de la route, par contre, on voit plein de ces ponts très vieux, rouillés, abîmés, avec des grands trous entre...

144- pict0233.jpg 145- pict0234.jpg 146- pict0235.jpg 147- pict0236.jpg
144 : Un magasin à Big Pine Key (c'est surtout pour me rapeller du nom... Big Pine lol! )
145-147 : C'est beau, non ?

Bref, 4 heures plus tard, après un passage dans un supermarché on arrive enfin au campement. Installation speedo du camp, suivi d'un repérage actif des toilettes et autres salles d'eau, car on est très vite assailli par des moustiques qui sortent de partout. Presque tout le monde se met donc en pantalon et manches longues. Ça ne nous empêche pas de nous faire dévorrer. Il y a beaucoup de vent, et plusieurs tentes manquent de s'envoler, car certains ont perdu des sardines, ou alors ils ont mal fixé leur résidence de toile.
Toujours est-il qu'une fois parés, on reprend les vans pour aller manger... au McDo (again and again and again and again, lalalalala ... The Bird and the Bee)
Suite à quoi on fait un petit tour pour aller voir les horaires pour les dernières activités (bandes de naïfs que nous sommes... vous verrez demain) et on passe donc par la plus grande rue de Key West (qui est elle aussi la plus grande île des Keys) : Duval Street. On est resté dans les vans, mais c'était très beau et animé la nuit.
Puis on est rentré, et on a dormi en pantalon et manches longues (je me répète) à cause des moustiques buveurs de sang français.

 

Vendredi 16 Juillet

Aujourd'hui, go to Key West.
D'abord un petit tour à Duval Street (à pied, ce coup-ci), mais c'est moins sympa de jour que de nuit. De plus, on avait qu'une heure pour tout visiter, ça faisait un peu court, mais bon, nous on est allé au hard rock café qu'on avait repéré la veille et j'ai cramé ce qui me restait d'argent dans un pins (de toute façon, je pouvais plus rien acheter d'autre... 15$ ce pins (parce que les prix changent en fonction du pins) (Pins, Pins, Pins... je me répète... c'est l'âge), mais quand on a moins de 20$, c'est dur de trouver quelque chose de bien...).

148- pict0237.jpg 149- pict0238.jpg 150- pict0239.jpg 151- pict0240.jpg
148 : La plus grande ville de Key West : Duval Street !
149-151 : Le hard rock café, vu de dehors

152- pict0241.jpg 153- pict0242.jpg 154- pict0243.jpg
152-154 : Voilà ce qu'on trouve dans un hard rock café, par exemple. Entre deux disque d'or, on aperçoit, dans l'ordre : la basse de John Entwistle, de The Who, puis la guitare de David Byrne, des Talking Head, et enfin le blouson de John Lennon, qu'il avait dans "How I won the war", ce qui veut dire... "Comment j'ai gagné la guerre", bravo au petit lecteur de Moncuq qui reçoit une magnifique sucette colorée qu'on arrive jamais à finir.
Ensuite, on s'est un peu promené avant la fin de temps imparti (Sors ! La clepsydre est presque vide ! Sors ! Sors ! Sors !... Pardon Embarassed).

155- pict0244.jpg 156- pict0245.jpg
155 : Une belle harley, parmi les nombreuses qui sillonnent les USA (dédicace à René).
156 : Une belle voiture de police, parmi les nombreuses qui...
Après être revenus au point de rendez-vous, on va tous auprès des vans attendre que Yannick aille nous inscrire au snorkeling (il s'agit d'un sport de PMT : palmes-masque-tuba. De la plongée sous-marine, mais avec un tuba... forcément, on va moins profond). Ça aurai été mieux si des blaireaux (j'ai pas d'autres mots) ne balançaient pas de cailloux sur certaines personnes. (voir "Anecdotes", à la fin). Et finalement, après une heure d'attente, on apprend que le snorkeling est annulé à cause de "problèmes techniques" : la carte bleue de Cousin (la compagnie) ne passe plus, elle s'est bloquée, la colo précédente ayant trop tiré dessus avant... mais l'organisme aurait pu nous en passer une pas encore utilisée pour ce mois-ci...

C'est donc déçus que l'on se rend au Subway pour manger.
Après un repas mouvementé (un gars qui voulait prendre une chaise à côté de nous a cassé une lampe au passage, et tous les éclats nous sont tombés dessus) on reprend les vans en direction de la plage où on farniente tout l'aprèm'.
157- pict0246.jpg
157 : Highwaaaaaaaay to Beach... la lalala.... non, plutôt une petite rue, en fait.

Et pour finir la journée, direction le KFC pour dîner (de tout le voyage, je trouve que c'était le meilleur fast-food).

158- pict0247.jpg
158 : Lucas en pleine démonstration de l'occupation de la soirée, en attendant la nourriture.

Samedi 17 Juillet

Dernier jour. Le matin au réveil : "On part dans 10 minutes"... de quoi se réveiller rapidement et faire bouger le train aux mecs qui sont lents d'habitude. Donc une petite douche prise à l'arrach', puis on prend les vans pour aller petit déjeuner au restaurant (ihop, ça s'appelait)


159- pict0248.jpg 160- pict0249.jpg 161- pict0250.jpg
159 : Ça, c'est du chocolat chaud !
160 : Mon p'tit déj' : deux saucisses, deux œufs, du lard, et deux pancakes avec de la gelée de groseille... plus une moitié de crêpe fraise-nutella qu'un gars a pas réussi à finir... arghhhh
161 : Et le petit dèj' de mon frère. 4 pancakes avec confiture de fraise... il en a mangé deux à peine...
Suite à un premier repas bien lourd, on retourne à la plage, vu qu'on a pas snorkeling Crying or Very sad (c'est dommage, parce qu'on aurait dû prendre un glassbottom boat (un bateau avec le fond en verre, pour voir dans l'eau) pour y aller).
Et, à l'image de la veille, baignade, paresse... et à midi (16h, en fait) on essaye d'allumer un barbecue pour faire griller les saucisses pour les hot-dogs, le tout sous le regard amusé des américains à qui on a acheté du charbon pourri qui ne prend pas (mais par contre on crame tout le produit et toutes les allumettes) et qui finissent par se payer notre fiole. Il va falloir se calmer, MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEER...credi !
Toujours est-il qu'après on est rentré, après un passage au supermarché et on a préparé les sacs car on partait tôt le lendemain, on a mangé (activité principale aux USA) au McDo (histoire de bien finir, même si certains avaient… des pizzas !) puis on est allé se coucher.

Dimanche 18 Juillet

Warning ! Ce jour est celui du départ, il est en fait deux jours en même temps, car on a pris l'avion de nuit. Je vous préviens par ailleurs que vous n'avez plus que les Anecdotes après, courage, on arrive vers la fin ! Et pour finir, j'avais fini mon carnet ce jour-ci, je vais donc essayer de faire tout de mémoire, mais ça fait plus de deux semaines, donc on va voir ce que ça donne.

Ce matin, le réveil sonne tôt, car on a 3 heures de route pour rejoindre Miami.
On prend le dernier petit déjeuner, puis on plie les tentes les yeux cernés (non, pas fermés, cernés ! Avec des cernes, quoi !). Dans les vans, sur ces magnifiques lignes droites, tout le monde s'endort, sauf les monos, heureusement ils conduisent ! On arrive à Miami. Alors qu'on pensait que rendre les vans serait très compliqué (rappellez-vous : la portière dans le parking, les multiples griffures de Yannick un coup sur un poteau puis sur des poubelles (je l'ai pas marqué, d'ailleurs)), tout c'est passé sans problème. On est donc allé manger dans une petite pizzeria dans l'aéroport. Suivi d'une longue attente avant qu'on aille enregistrer les bagages, attente qui a failli mal tourner car certains jouaient avec des balles sauteuses, d'autres... n'étaient pas patient, etc., on est passé très près de se faire virer de l'aéroport. L'enregistrement s'est mal passé aussi car certains on tracé une fois les billets en main, et puis on a galéré à faire passer les tentes.

Puis la fouille, et montée dans l'avion.

Et c'est heureux de rentrer chez nous, mais à la fois tristes de quitter le Sunshine State, que l'on sent l'oiseau d'acier quitter le sol en direction d'un pays où la nourriture est plus saine (il paraît même qu'on y cultive des fruits et légumes et que les poissons on des yeux, des nageoirs, des arrêtes et… des oreilles???) et les gens forcément sympas... Qu'importe, l'équipage avait réussi sa mission, tout le monde s'en est sorti, et le retour à la base nous ferra à tous le plus grand bien. salut So long, pal ! Merci papa, merci maman ! icon_wink.gif... ou pas :P

Anecdotes (vous ne croyez pas que vous alliez vous en sortir comme ça, non ?)



*-Y'a des anecdotes, maintenant ?
- Ouais, c'est nouveau, ça vient de sortir*

Les routes : les routes américaines ressemblent beaucoup aux françaises (non, aux routes françaises, pas à la femelle du français... vous le faites exprès ou quoi ?), je veux dire par là qu'elles ont un beau goudron pas troué, tout ce qui change, c'est les panneaux et les voitures. Mais surtout, ce sont de grandes lignes droites qui ne s'arrêtent pas. Très fatiguant. Il n'y a presque pas de virages et les seuls endroits où l'on peut tourner, c'est dans des carrefours. Les carrefours ont un panneau "STOP" sur chaque rue, ce qui fait que le deuxième arrivé laisse la place au premier. Une question de politesse qui peut faire bizarre. (petit exemple mathématique : la voiture devant moi arrive au carrefour, mais avant que j'y sois, une voiture arrive par la voie de droite. Elle laisse bien sûr passer la voiture devant moi, mais moi, je dois la laisser passer. Z'avez tout compris ?)

Les voitures : Bon, les voitures, là-bas, ça se résume à gros et frime. Énormément de Chevrolet, et de Mitsubichi, un peu moins de Dodge et de Corvette, et quelques Ferrari et Hummer. Le plus bizarre, quand on rentre en France, c'est de voir une Twingo, mais ça fait du bien.

A propos de la vie là-bas : J'ai commencé à être habitué au style de vie qu'on prenait au bout d'une semaine, malgré le lot quotidien d'imprévus. Au niveau des heures couché/levé, je me suis habitué... même les voitures et les paysages, les palmiers, etc. sont devenus familiers. Le retour en France a fait bizarre.

Premier avis sur les membres de la colo : 24 "colons"
- Mon frère et moi
- 6 filles dont les hormones les poussent à aller vers les gars, ce qui fait limite peur, surtout à moi qui ai du mal avec les personnes du genre opposé (timidité oblige), mais qui parlent beaucoup de leurs problèmes entre elles.
- Un groupe de gars fans de R'n'B', de rap, et qui tentent justement de draguer...
- Emilien et Lucas, mes deux colocs'
- Des petits groupes un peu partout
- Un groupe de 3 filles qui restent un peu dans leur coin

Avis final sur les membres de la colo :
- Mon frère et moi, avec Emilien (qui s'avère être quelqu'un de très économe... un peu trop. Un surdoué en classe.) et Lucas (tantôt très sympa, tantôt lourd... au choix). Venaient souvent nous rejoindre : Jean (le pessimiste, un peu trop grossier), Pierre-Louis (sympa, mais cherche un peu la mouise par moment), Elia (je ne sais malheureusement pas comment ça s'écrit) (un gars dont on ne connaît pas grand-chose, en fait. Très sympa. Un peu tête en l'air et téméraire) et Augustin (s'entendait très bien avec les filles, sympa par moment, mais un peu direct dans sa façon de penser).
- Les autres se sont regroupés (malgré le fait qu'ils ne semblaient pas s'entendre en début de séjour) et cherchent presque tous à f* la m*. Certains tentent de draguer, mais un seul a atteint son objectif. Deux d'entre eux sont insupportables car ils avaient un comportement très dangereux, mais ça les faisait marrer. Je leur aurai bien mis un pain, surtout à un. Je ne vois même pas pourquoi je parle d'eux.
- Concernant les 6 filles, il y en a surtout une ou deux qui voulaient ramener du mec. Elles restaient souvent entres elles... des ados Seimounesques quoi...
- Les 3 autres filles se sont avérées très sympa. Elle s'entendaient bien avec tout le monde, et tout le monde les aimait bien (en fait, y'en avait deux qui étaient complètement ignorées, ou presque, par les autres. Classe...).
- En avis global, j'ai l'impression que les 50% trouvaient la colo ch*****, se plaignaient tout le temps et voulaient faire comme ils l'entendaient. C'est bien comme ambiance.

Les monos :
- Hélène : Conduit le van comme une pro (les machos peuvent aller se rhabiller). Super sympa, comme les discussions que j'avais avec elle. Était un peu discrète par rapport aux autres monos vis-à-vis des gosses en début de séjour, puis elle s'est affirmée au fur et à mesure. Seul défaut : elle fume... même si certains ne voient pas ça comme un défaut.
- Jamal : THE préparateur de popote. Sait se faire respecter. Un peu flippant quand il est pressé et fatigué car un peu agressif, mais très sympa quand il est de bonne humeur.
- Yannick : The chief, the boss, the director. Autoritaire. Très sympa quand on ne cherche pas à mettre le bazar.

Divagations de filles : Je vous avait dit que mon carnet s'était fait prendre en otage. Voilà le genre de phrase que j'y retrouvait de temps en temps.
Dans le car, on mange tous des malabars (Chloé, Héloïse, jean-paul (y'avait pas de jean-paul, c'était Lucas qui ne s'était pas présenté), Émilien, Romain et moi) Niahaha ! /et Cannelle et l'autre Chloé/ On part à la plage, toutes en bikini ! (alors là, je souligne le "es" de toutes et je marque "Merci pour nous"). Autre exemple : Nous allons à SeaWorld pour nager (je crois) et on va bien se marrer XD. On a un bon van.... Si j'étais méchant, je dirai que ça frôle le surmenage cérébral, mais je ne le suis pas, alors je ne le dit pas.icon_twisted.gif

Petit truc en plus : Mon séjour à été ponctué de "hein ?", "quoi ?" ou "comment ?" presque à chaque fois que je prenais la parole... Il faut vraiment que je parle plus fort. Oui. Parle plus fort et parle plus (plus = +) [en dessous, un petit morpion, qui fait égalité] égalité XP Vacances de digues [Je vous mets les mots comme ils le sont !... et encore un exemple de prises d'otage...)


Précisions pour ceux à qui j'ai écrit des cartes : Si mon écriture était encore plus illisible que d'habitude c'est parce que j'écrivais les cartes dans le van, pendant la route, et ça vibre un peu.

Pour la musique dans le van : Même si pour les 80% du temps, on tournait sur les mêmes chansons sur la radio (R'n'B', rap, qui a l'avantage par contre de tenir éveillé... 5 ou 6 chansons qu'on entendait au moins 3 fois par jour), il arrivait de temps en temps qu'on ne trouve plus de radio avec cette musique que je ne pouvais plus blairer si particulière aux USA, et on était obligé (à mon grand soulagement) de mettre enfin de la bonne musique autre chose. Par exemple, on est tombé sur le "Nostalgie" Etatsunien, où on a pu retrouver "Hearth, Wind and Fire" ou "Alan Parsons Project" (avec "Eye in the sky"), Wham! (avec "Freedom"), etc. Enfin, après, c'est chacun ses goûts.

La musique du séjour : http://www.deezer.com/fr/#music/result/all/usher%20omg
Je vous laisse juger, celle-là, on en a mangé au moins du 5 fois/jour.

La blague du séjour : "3 steaks dans une forêt. Au bout d'un moment, l'un se retrouve tout seule et cherche ses amis. Au bout d'un moment, il réapparaissent derrière lui.
- Bah vous étiez où ?
- On steak haché (s'était caché)"
Bref, une blague qui ne fait rire personne et archie connue, mais dès que quelque chose disparaissait y'avait toujours un malin qui disait qui steak haché.

 

Surnoms : Durant la colo, j'ai eu deux surnoms, simultanément. Le premier à être arrivé était "Le Papa", compte tenu de ma taille et de ma voix grave... bref. Le second fut MacGyver, lors du montage de tente... pas besoin de vous faire un dessin, j'imagine que vous avez tous compris.

 

Conditions d'écriture : Là-bas, je prenais mes notes sur un carnet, que j'avais aussi utilisé pour le Canada et l'Angleterre (ce deuxième reportage ne verra sans doute jamais le jour car il est très court, ça fait plus d'un an au moment où je vous parle, mais surtout parce que je n'ai qu'une seule photo, la carte SD s'étant formatée le dernier jour toute seule comme une grande…icon_rolleyes.gif mais je ne suis pas là pour parler de ça), carnet donc, qui a été rempli l'avant dernier jour. (voir plus haut). Une fois chez moi, on est parti en vacances dans les Pyrénées très vite, donc j'ai dû faire les 3/4 là-bas sur le portable de mon père (sur lequel j'avais, par chance, déjà commencé chez moi).
Pendant que je tapais, j'ai écouté, tour à tour, "Les Charlots", "Muse" et "Fall Out Boy"... des styles très variés. La connexion internet quittait souvent, ce qui posait beaucoup de problèmes pour l'hébergement des images (sur Servimg). Je copiais mes notes au fur et à mesure sur NotePad++ et Bloc-Note, en fonction de l'ordinateur que j'utilisais (j'ai terminé sur un fixe chez moi). Le choix du titre s'est fait quand j'ai vu mon père regarder un Star Trek Voyager, donc non, je ne me prend pas pour une star.

Mais vous, vous m'avez sans doute lu dans des conditions différentes, et que vous ayez aimé ou pas, je vous remercie de m'avoir lu jusqu'au bout. Paix et prospérité.

Lire la suite